Mission Capitale - 66 : Juin 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

2O6A6040.jpg

Mon métier est utile aux usagers. Je fais en sorte de bien les recevoir et de les accompagner au mieux. 

Isabelle Devilla

MON PROFIL

J’ai exercé dans une collectivité locale du Val-d’Oise où je m’occupais de coordination culturelle avant d’entrer à la Ville comme adjointe administrative en 2016. Je suis fière de travailler pour Paris car j’y suis née et j’y habite.

MA MISSION

J’accompagne les usagers pour les actes d’état civil qui rythment différentes étapes, de la naissance au décès en passant par les mariages ou les pacs. Je me compare à un scribe qui inscrit leur vie.

Retour En avant

Isabelle Devilla

À l’état civil de la mairie du 15e

Recevoir les usagers et les accompagner dans leurs démarches à des moments clés de leur vie. Le travail à l’état civil ne rime pas avec routine.

Le 15e est l’arrondissement le plus peuplé. Par conséquent, l’activité de l’état civil bat son plein. L’année dernière, ce ne sont pas moins de 1 000 mariages, 1 000 pacs, 6 000 naissances et 4 000 décès qui ont été enregistrés. Toute la journée, les usagers défilent aux guichets. Il y a les pères qui viennent déclarer une naissance, tout émus. Le ou les futurs mariés pour constituer leur dossier de mariage. Certains sont un peu perdus et des situations s’avèrent parfois compliquées, comme quand l’un des deux se trouve à l’étranger ou quand il manque une partie des papiers nécessaires. Je ressens leur inquiétude mais je suis là pour monter le dossier le mieux possible. Par contre, si je décèle une malhonnêteté ou une personne forcée à se marier, je le signale. J’assiste aux cérémonies célébrées à la mairie. Il y en a chaque jour et davantage le samedi. Elles concernent tous les âges et toutes les confessions. Ce sont toujours des moments émouvants.

Accompagner les usagers

L’émotion est encore plus forte lors des mariages in extremis qui ont lieu à l’hôpital ou au domicile de la personne dont les jours sont comptés. Puis il y a les déclarations de décès. Je traite aussi les demandes d’actes faites via Internet ou par courrier pour lesquelles une réponse est assurée dans les 72 h, hors délais postaux. Dans les registres, je vois défiler la vie des gens. Récemment, j’ai dû y inscrire une famille entière morte en déportation suite à la transcription de leurs actes de décès. Replonger dans l’Histoire m’a bouleversée. Cela arrive régulièrement. J’ai la chance de travailler au sein d’une équipe soudée et très impliquée. Même si nous sommes 23 avec nos responsables, la moindre absence se fait sentir. Nous mettons alors les bouchées doubles pour y pallier, hiérarchie comprise. La difficulté ? Être maltraitée par une personne qui n’aime pas attendre ou qui veut s’en prendre à un fonctionnaire. Heureusement ce n’est pas la majorité. Mon métier est utile aux usagers. Je fais en sorte de bien les recevoir et de les accompagner au mieux. Les remerciements sont la récompense. 

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

PARIS_LOGO_1000x400.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même