Tribunes

UNSA // Constat(s)
de désaccord(s)

Alors que les organisations syndicales étaient toutes tournées vers la préparation des élections professionnelles, dont les résultats sont à ce jour connus, le gouvernement a continué son entreprise méthodique de désinformation à propos de l’avenir du statut de la Fonction publique.
Le ministre M. Darmanin et son secrétaire d’État M. Dussopt, dans leur rôle de duettistes bien étudié, ont tour à tour soufflé le froid et le chaud sur l’avenir des recrutements par contrat. L’un en déclarant à la presse qu’il n’envisageait plus que l’instauration de contrats de 5, 10 ou 15 ans, l’autre le lendemain, en séance, en disant vouloir maintenir le principe d’une Fonction publique de carrière, tout en voulant l’aménager par le recours aux contrats de mission et aux contrats sur les emplois de direction. Qui dit vrai ?

À la suite de ces déclarations, l’UNSA a réaffirmé son attachement à une Fonction publique statutaire, de carrière, au service de l’intérêt général, considérant que le statut de la Fonction publique est un atout pour notre pays, et non un frein à la modernisation des services publics.

De même l’UNSA s’est élevée contre la possibilité énoncée de financer la rémunération au mérite par l’allongement de la durée des échelons, modifiant en cela la mise en œuvre du protocole Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations (PPCR), qui comporte les seules avancées, en termes de salaire, obtenues ces dernières années.
En opposition avec le gouvernement sur la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires sur la durée du quinquennat, le tout sans aucun débat de fond sur les missions du service public, l’UNSA est également très réservée sur les possibilités offertes en matière de départ volontaire, ce projet cachant bien mal les « injonctions au départ » à venir.

En affichant tardivement ses intentions, en annonçant ses propositions par voie de presse, en nous offrant un concerto à quatre mains et deux voix cacophonique, le gouvernement, contrairement à ce qu’il veut faire croire, joue bien mal le jeu de la concertation avec les organisations syndicales.

Le service public et ses agents méritent plus d’attention et de respect. Avec l’UNSA nous exigeons la poursuite des discussions dans le cadre d’un véritable dialogue social.

UNSA Administrations parisiennes

8-10, avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris
Tél. : 01 42 76 71 56.
Fax : 01 44 54 91 67.
Courriel : administration.unsa@paris.fr