Reportage

Stop aux infractions
routières

Pour améliorer le partage de l’espace public, la Ville a mis les bouchées doubles. 1 100 agents de la surveillance de Paris (ASP) ont rejoint la direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection depuis le 1er janvier 2018 et de nouveaux outils innovants sont désormais opérationnels.

24 h/24, 7j/7, l’activité foisonne dans le centre de régulation et d’enlèvements. C’est dans cette salle de commandement opérationnel des équipages que toutes les missions sont coordonnées. Sur l’écran géant, les bulles, triangles et autres figures géométriques de différentes couleurs indiquent ce qu’il se passe à l’instant T pour les six secteurs géographiques : enlèvement de véhicule, grue en attente, mainlevée…

« Chaque opérateur gère toutes les verbalisations faites sur son secteur par les équipes de terrain. Le but est de missionner les grues sur les différentes verbalisations reçues en s’assurant que l’adresse indiquée est la bonne », explique Isabelle Dubeaurepaire, contrôleure, à la tête d’une brigade de la salle.

1 000 messages radio quotidiens sont reçus.

Plus de 1 000 demandes d’enlèvement sont ainsi traitées chaque jour en envoyant les 40 grues des sociétés agréées. Quand le contrevenant arrive pendant l’enlèvement, un équipage de restitution intervient pour faire ce qui s’appelle dans le jargon un chargé restitué, lui évitant la préfourrière.

Piloter les équipages

Au fond de la salle, un agent affecté aux mainlevées contrôle les papiers remis en préfourrière par un contrevenant venu chercher son véhicule. Pour repartir avec, il doit être assuré et titulaire du permis de conduire, ce qui n’est pas toujours le cas. Les papiers scannés arrivent sur un logiciel et l’agent interroge le fichier des permis de la préfecture. Un poste est aussi dédié aux demandes d’enlèvements de véhicules gênants émanant de particuliers et de commerçants via DansMaRue et le 3975, qui sont en augmentation.

Cette voiture signalée sur une place de livraison n’a rien à faire là. Une fiche d’intervention est alors établie pour l’envoi d’un équipage qui verbalisera, puis d’une grue. Face à l’écran géant, les agents des deux conférences radio, chacune pour trois secteurs, sont reliés en permanence avec leurs collègues sur la voie publique pour connaître leur prise de service, piloter leur action et, surtout, intervenir en cas de problème. Pas moins de 1 000 messages radio quotidiens sont reçus. Sans oublier l’organisation d’opérations pour le contrôle de la vignette Crit’Air, le respect des couloirs de bus et des pistes cyclables.