Carte blanche

Objectif bien-être

Le bien-être au travail n’est pas qu’un concept à la mode. C’est devenu un objectif à la Ville et les initiatives en tout genre se multiplient. Ainsi, la direction des Finances et des Achats qui a proposé à ses agents de tester des séances de sophrologie pense renouveler l’expérience. La direction des Ressources humaines a elle aussi organisé des séances de sophrologie, ainsi que de yoga et des massages assis. Un fauteuil massant est en libre-service à la direction des Familles et de la Petite Enfance. À Bédier Ouest, c’est une conciergerie solidaire, destinée à simplifier la vie des occupants, qui a été installée par la direction de l’Immobilier, de la Logistique et des Transports. Le succès est tel que la Ville étudie d’autres possibilités d’ouverture.

« Je fais appel à la conciergerie »

Isabelle Munoz-CaroAgente d’accueil à Bédier Ouest, direction de l’Immobilier,
de la Logistique et des Transports

Comme je suis handicapée du côté droit, je ne peux pas porter. Je fais donc appel à la conciergerie pour aller me chercher des bouteilles d’eau, déposer mes jupes au pressing, m’apporter le pain que j’ai commandé la veille, me faire des petites courses. Les concierges sont très à l’écoute et très attentionnés. Ils me connaissent bien car je vais régulièrement à la conciergerie depuis son ouverture au début de l’année.

Je participe aussi à des animations de poterie qu’elle organise dans le bâtiment pendant la pause déjeuner. Une permanence est assurée tous les jours de 11 h 30 à 14 h 30. Pratiquement tous les occupants de l’immeuble ont recours à la conciergerie pour divers services : pressing, repassage, double de clés, livraison de paniers de fruits et de légumes, petites réparations de portables, dépôt du courrier personnel à La Poste, réception de colis… Les prestations sont réalisées par des artisans du quartier et les tarifs ne sont pas élevés. La conciergerie s’occupe de tout ce que nous ne pourrions pas faire en semaine, faute de temps, et qu’il faudrait remettre au samedi. Ce concept pourrait se développer sur d’autres grands sites administratifs.

« Faire une pause pendant la journée »

Delphine BelletDéléguée au handicap, direction des Ressources humaines

Je me suis inscrite aux différentes séances de bien-être proposées par la direction. Pour le massage assis qui avait lieu dans une salle du bâtiment, j’avoue que j’y suis allée en doutant du résultat. J’avais pris rendez-vous en fin de journée et j’ai été surprise de ressortir aussi détendue que lors d’un massage traditionnel, même si les deux ne sont pas comparables. J’y retournerais bien en journée pour m’offrir une parenthèse. Les cours de sophrologie et de yoga que j’ai suivis pendant l’heure du déjeuner ont aussi été de vrais moments de détente. Ces deux disciplines poursuivent un peu le même objectif et j’ai ressenti tout de suite les effets positifs. J’ai d’ailleurs retenu une technique de yoga sur la respiration que j’applique désormais pour décompresser. Ces rendez-vous permettent de libérer l’esprit. C’est une initiative intéressante qui nous oblige à faire une pause pendant la journée.

« Une détente accessible à tous »

Hélène Guillain-PinaultChargée de communication à la direction des Finances et des Achats

J’ai suivi deux séances d’initiation à la sophrologie que j’ai trouvé bluffantes. J’en suis ressortie totalement détendue et apaisée. Basée sur la respiration et quelques mouvements physiques simples, la sophrologie permet de lâcher prise. Nous étions par groupes de 10 à 12 personnes pour une séance de 45 minutes sur la pause déjeuner. Cette discipline offre une détente accessible à tous et ne peut faire que du bien. Les séances ont été très appréciées par l’ensemble des participants. Elles ont été dispensées gratuitement par une élève sophrologue, lui permettant ainsi de valider son diplôme grâce à de la pratique. Cet échange de bons procédés est dans l’air du temps et pourrait se mettre en place à grande échelle.