Tribunes

UNSA // FONCTION
PUBLIQUE : le mauvais CAP !

Fin 2017, le gouvernement a entamé une réflexion sur l’avenir des services publics. Il a créé le Forum de l’Action Publique, destiné à consulter largement agents publics et usagers, ainsi que le Comité Action Publique 2022 (CAP 22), groupe d’experts mandatés pour réfléchir à la réduction de la dépense publique.

Le premier s’est caractérisé par la faiblesse du nombre de participants puisque 17 112 Français seulement ont répondu au questionnaire : 9 975 agents et 7 137 usagers, si bien que l’on ne peut que s’interroger sur la pertinence des analyses qui ont pu en être tirées.
Le second a fait réagir dès que sa composition a été connue car il a fait la part belle aux décideurs et économistes libéraux, certains ayant déjà œuvré dans la commission Attali ou à l’Institut Montaigne. Tant et si bien que l’on ne sait plus si, au chevet du service public prétendument malade, on a appelé des médecins ou des fossoyeurs.

Le rapport de cette commission devait être publié en mars, puis en juin, puis par chapitre pour éviter toute réaction intempestive. Il fut finalement dévoilé par la presse le 16 juillet, entre la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde et les négociations sur l’Assurance chômage. Entre la poire et le fromage en quelque sorte, de façon à en faciliter la digestion.
Car ces grands experts n’ont pas fait dans la dentelle proposant 22 mesures, dont l’aménagement du statut de la Fonction publique, pour une économie de 30 milliards d’euros. Si ce document ne constitue pas le programme gouvernemental, il devrait s’en inspirer.

Dans le même temps, une consultation avec les organisations syndicales de la Fonction publique a commencé au printemps, conduite par M. Olivier Dussopt, selon quatre chantiers : le dialogue social, le recours aux contrats, la rémunération, la mobilité.

Si le dialogue social se mesure à l’aune du nombre de groupes de travail qui vont se tenir, on ne doute pas de la qualité de celui-ci. S’il se mesure à la place laissée à la négociation et à l’écoute, on ne peut qu’être pessimiste. Le chantier de la rénovation des instances nous en donne un bon exemple. Alors même que les discussions sont en cours, le gouvernement a décidé unilatéralement, lors du conseil des ministres du 12 juin, d’annoncer la fusion des Comités Techniques et des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail.

C’est un rude coup porté aux instances et aux agents, tant les CHSCT ont pris d’importance dans la gestion des risques, au plus proche des situations de travail des personnels, pour la défense de la santé au travail.

Ces décisions ou projets nationaux heurtent au plus profond les valeurs de l’UNSA, basées sur la défense du statut, la concertation, la négociation, la proximité et la défense de la qualité de vie au travail.
Ils auront sans aucun doute des répercussions au niveau local et individuel. L’UNSA Administrations Parisiennes sera alors présente à vos côtés, pour vous représenter et vous défendre.

En décembre, je vote UNSA

UNSA Administrations parisiennes

8-10, avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris
Tél. : 01 42 76 71 56.
Fax : 01 44 54 91 67.
Courriel : administration.unsa@paris.fr