Demain la ville

C’est parti pour le labo

Tout nouveau, le laboratoire interne d’innovation publique, dit le labo, a démarré sur les chapeaux de roue. Décryptage.

Ses missions

Un nouveau service à concevoir, un service à améliorer ou des problématiques à résoudre ? Le labo accompagne des projets en faisant appel à des méthodes de co-construction et à l’intelligence collective. Il participe également au développement de la culture de l’innovation publique pour faire émerger des solutions nouvelles, en apportant un appui au management des idées des agents et en mettant en place différents outils. Une plateforme proposant des supports en ligne permettra de se familiariser avec les méthodes des démarches participatives. Un lieu ressources avec de la documentation sera ouvert à tous les agents intéressés par cette nouvelle façon de construire l’action publique avant la fin de l’année à la mairie du 4e. Au programme aussi, Les Rendez-vous du labo qui proposeront des conférences et des retours d’expériences, ainsi que des visites inspirantes pour voir comment ça se passe ailleurs.

L’équipe

Sophie Largeau, la responsable du labo, sera rejointe ce mois-ci par une designeuse de services publics puis par une cheffe de projet spécialisée en méthodes collaboratives. Une apprentie designeuse fera également partie de l’équipe. Les ambassadeurs de la Transfo, qui ont travaillé à la préfiguration du labo, peuvent venir en appui de la coordination de projets, en allant par exemple en immersion dans un service, ou pour diffuser la culture de l’innovation publique. Une lettre de mission définit leur rôle et le temps accordé au labo, en accord avec leur encadrant. Leur implication est renouvelable chaque année.

Comment ça marche ?

Le labo fait partie du pôle Innovation du Secrétariat général (SG), dont l’action s’inscrit en cohérence. Il peut être saisi par les membres du SG, l’ensemble des directions ainsi que par les élus. Une dizaine de projets seront sélectionnés chaque année. L’équipe propose des méthodes coopératives sur-mesure pour rapprocher l’administration et les citoyens, en s’appuyant sur l’expertise et la créativité de ces derniers et des agents. Des règles favorisent le dialogue, chacun apporte sa contribution et le droit à l’erreur est une condition pour oser proposer une nouvelle idée.

Des actions concrètes

La direction de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Santé (DASES) a sollicité le labo pour constituer avec les premiers concernés le nouveau service d’accompagnement des seniors dans leurs déplacements. « Cette démarche visait à faire appel à la connaissance et à l’expertise croisée des seniors et des professionnels du secteur afin de prendre en compte les besoins et les idées de tous pour enrichir le service et aussi fédérer ceux qui luttent contre l’isolement et l’exclusion », indique Sophie Largeau. Des entretiens ont été menés auprès de seniors dans un restaurant Émeraude pour mieux cerner les problématiques de déplacement. Puis des ateliers de travail animés par le labo ont réuni des seniors, des aidants, des acteurs associatifs qui agissent dans le soutien aux seniors, des professionnels de la DASES et du Centre d’action sociale de la Ville de Paris, des élus et des partenaires institutionnels. Ils ont pu définir ensemble les contours de ce nouveau service.

Constituer le service avec les premiers concernés.

Tout a été passé en revue, du profil des seniors à accompagner au type de déplacements, mais aussi des questions comme la manière de toucher les personnes les plus isolées ou comment faire pour que le déplacement soit optimum, sans oublier le recrutement et la formation des bénévoles. À partir de cette matière, la DASES a pu rédiger un cahier des charges du service à concevoir. « Les participants auront un retour sur leurs recommandations qui ont été retenues et des explications sur celles qui n’ont pas pu l’être. D’ores et déjà, ces ateliers leur ont permis de changer leur regard sur les acteurs de la lutte contre l’isolement et d’avoir une meilleure compréhension des enjeux. Les agents ont aussi apprécié la dynamisation du sens de leur engagement dans le service public », constate Sophie Largeau.

Autre action, le labo est intervenu auprès de la direction du Logement et de l’Habitat sur son travail engagé avec les conseillers logement (lire l’article) pour repenser l’accueil dans les antennes. Il a organisé une immersion au sein de l’antenne logement du 14e, à partir de laquelle des conseillers logement volontaires ont pu se mettre dans la peau de l’usager et partager les difficultés rencontrées de part et d’autre pour faire émerger des solutions.

zoom

Sur le feu

Les cours d’école oasis (Lire cet article) vont occuper le labo ces prochains mois pour les concevoir avec les utilisateurs (directeurs d’école, équipe éducative, agents chargés de l’entretien…) en fonction de leurs nouveaux usages.