Tribunes

UNSA // Fonction publique (2)

Les administrations publiques évoluent profondément en raison de nouvelles missions, de la dématérialisation des procédures et des exigences légitimes du public : personnalisation, accessibilité et plus grande simplicité. Les conséquences pour les agents publics sont tangibles : horaires variables, tendance à la polyvalence, utilisation d’outils bureautiques complexes. Ces faits sont évidemment variables selon que l’on travaille dans une administration centrale ou un service déconcentré, une commune ou un établissement hospitalier. Ils existent cependant comme une tendance lourde et doivent se traduire par une amélioration des carrières. Cela signifie des possibilités de mobilité, de promotion et un régime indemnitaire équitable et transparent. Cela oblige aussi à renforcer l’accompagnement des collectifs de travail, qu’il s’agisse des agents ou de l’encadrement, à renforcer le travail participatif et permettre le télétravail.

Or, si le gouvernement a bien engagé ces transformations, ses engagements envers les agents publics sont inquiétants à ce stade :
L’accord Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) a été gelé en 2018 ce qui veut dire que sa réalisation est décalée d’un an.

Le recours plus large aux agents contractuels est également envisagé. Si rien n’est acté à ce stade, l’UNSA réaffirme que la fonction publique ne peut exister que comme fonction publique statutaire. D’une part, le statut n’exclut pas la « souplesse » souhaitée dans la réalisation des missions. En effet, celle-ci ne relève pas directement du statut mais de moyens liés à des effectifs suffisants, à un encadrement pertinent et à une formation efficace. D’autre part, le recours au contrat ne préjuge en rien de la réalisation de ces conditions – hormis le cas très particulier du recrutement de spécialistes – et forme une trappe à précarité : bas salaires, absence de perspective de carrière, remise en cause possible du contrat.

Dans ce contexte, l’amélioration de la situation des contractuels (ou des vacataires) actuellement en fonction ne signifie pas qu’il faudrait y avoir recours plus largement. Il s’agit là d’une mesure d’équité et de justice sociale.

Cela n’exclut pas l’ouverture d’une réflexion sur les modalités de recrutement afin de tenir compte :
– Des compétences nouvelles
– De l’adaptation aux enjeux de société
– De la réactivité souhaitée

L’UNSA défendra ainsi la fonction publique de statut, l’amélioration des carrières malgré le report de l’application de l’accord PPCR, le contrat à durée indéterminée pour les agents non-titulaires.

UNSA Administrations parisiennes

8-10, avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris
Tél. : 01 42 76 71 56
Fax : 01 44 54 91 67
Courriel : administration.unsa@paris.fr