Reportage

Des réalisations tous azimuts

Les chantiers de voirie fleurissent aux quatre coins de la capitale. Si leur impact sur la circulation, le stationnement et le confort des riverains est incontestable, ils donnent ensuite lieu à des améliorations du cadre de vie.

Avenue de la Grande-Armée, par une douce journée annonçant l’arrivée de l’été, Sophie pédale sur la piste cyclable récemment aménagée. Comme elle, de nombreux cyclistes empruntent ces nouvelles pistes qui s’installent progressivement sur des axes très fréquentés, à l’instar de la rue de Rivoli ou des voies sur berges entre Boulogne et le pont de Bir-Hakeim. Leur réalisation impose de gros travaux avec des chantiers parfois longs et impactants. D’autres pistes sont ouvertes partout dans la capitale conformément au Plan vélo et peuvent se concrétiser par un simple marquage au sol. À côté, il y a aussi des élargissements de rue, la réfection de couloirs de bus pour améliorer la sécurité, des végétalisations, des zones piétonnes, les travaux du tramway, les 150 projets issus du budget participatif, le remplacement des kiosques… Sans oublier les travaux réalisés par des tiers, comme le programme d’étanchéité des stations de la RATP.

Les STV sollicitées

Parmi les grands chantiers qui battent leur plein, un pont et une passerelle au-dessus du réseau ferroviaire de Saint-Lazare, permettant de relier le nouveau quartier des Batignolles avec l’ouest du 17 e, seront livrés cet été. Du côté de la place piétonne des Halles, les voies autour se refont une beauté pour finir le chantier. Au programme également : les aménagements devant le Carreau du Temple, l’hôpital Broussais et bientôt La Samaritaine, ou encore la future place de la Bastille. Mais aussi 160 petits aménagements et le déplacement de 200 arrêts dans le cadre du nouveau réseau de bus à boucler d’ici à 2019. Les sections territoriales de voirie (STV) sont dans tous les cas impliquées en tant que gestionnaires de voirie. Elles sont aussi fortement sollicitées sur l’entretien au quotidien des chaussées, à l’instar des nids-de-poule à reboucher en urgence suite à un hiver particulièrement rude. Un véritable challenge pour mener les deux de front.

zoom

Livraison de la nouvelle place de la Bastille en juin 2019

Les travaux ont démarré en avril sur la place de la Bastille qui entame sa métamorphose dans le cadre du réaménagement de sept places parisiennes. L’élaboration du projet a été menée de façon collaborative, en co-construction avec les usagers, les habitants et les collectifs de quartier. La place offrira aux piétons et aux cyclistes une vaste esplanade dite « presqu’île » d’une superficie de 11 600 m2. De nouveaux usages tels que les sports de glisse pourront s’y développer. Avec la plantation de 56 arbres, la place du végétal sera renforcée, créant un îlot de fraîcheur et des zones d’ombre continues. Les parcours et les traversées ont été optimisés pour les besoins des personnes à mobilité réduite et malvoyantes. Une attention particulière a été portée à la réduction du bruit avec la suppression générale des pavés.
Ce nouvel espace végétalisé reliera à terme la colonne de Juillet, dont la crypte sera ouverte à la visite, au bassin de l’Arsenal. Jusqu’ici, les deux sites étaient séparés par une voie de circulation. Le trafic automobile se fera donc en fer à cheval au nord de la place et sera réduit de 40 % selon les projections de la Ville. Une piste cyclable à double sens et large de 4 mètres fera, quant à elle, le tour de la presqu’île.