Service

Se former aux gestes
de premiers secours

Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, la Mairie de Paris a créé un grand plan d’actions, « Paris qui sauve ». Objectif principal : permettre un engagement solidaire et citoyen des Parisiens et des agents.

La formation aux gestes qui sauvent, l’installation de défibrillateurs dans l’espace public et la prévention du psycho-traumatisme constituent les trois volets du plan « Paris qui sauve », coordonné par la direction de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Santé (DASES). Il ambitionne de multiplier par deux, d’ici à trois ans, le nombre de Parisiens formés aux gestes de premiers secours. Plusieurs formations à leur intention se sont déroulées depuis la première édition du « Samedi qui sauve » le 26 mars 2016.

Ce jour-là, les 20 mairies d’arrondissement et le parvis de l’Hôtel de Ville ont pu accueillir 3 500 Parisiens pour une formation de deux heures aux gestes de premiers secours. D’autres éditions ont suivi ainsi que différentes opérations, notamment à l’occasion de Paris Plages 2017. Depuis la rentrée, « Samedi qui sauve » se prolonge à raison d’une fois par trimestre dans chaque mairie d’arrondissement où deux sessions d’initiation aux gestes qui sauvent sont proposées les samedis matin.

Des formations concernent aussi d’autres publics, comme les gardiens du parc social, les jeunes collégiens ou encore les jeunes de CM2 dans le cadre de l’opération « Tous les jeunes ont du cœur » pour leur apprendre les gestes devant un arrêt cardiaque. Sans oublier les publics précaires qui ont accès à des formations gratuites.

Les gestes qui sauvent

En interne, un plan de formation aux gestes de premiers secours s’adresse aux agents de toutes les directions. Au programme : massage cardiaque, pose d’un défibrillateur, gestes à effectuer avant l’arrivée des secours. Les conseillers de Paris ont, quant à eux, suivi la formation en septembre. De leur côté, les agents des équipements sportifs, les jardiniers, les agents de sécurité sont également formés lors de chaque installation d’un nouveau défibrillateur sur l’espace public ou dans un nouvel équipement municipal.

Rappelons que les premiers défibrillateurs sur l’espace public ont commencé à être installés il y a quelques mois, principalement dans les jardins, en complément des 375 déjà en place dans des équipements municipaux tels que les stades, les piscines, les bibliothèques et les mairies. Au total, 1 000 défibrillateurs seront déployés à proximité des pharmacies, par vagues, sur cinq ans. Parallèlement à ce déploiement, il est aussi prévu que l’ensemble des agents en contact avec le public et ceux présents sur la voie publique bénéficient d’une formation aux gestes qui sauvent.

Des formations spécifiques

Par ailleurs, une formation de 20 heures est proposée aux personnels de santé. En collaboration avec la direction des Ressources humaines (DRH), des formations aux psycho-traumatismes ont été proposées, dès mai 2016, aux professionnels de la santé dans les différentes directions concernées afin qu’ils soient en capacité d’apporter un premier soutien. Cette formation a également été proposée aux cadres des directions accueillant des usagers pour qu’ils soient attentifs à cette question, notamment vis-à-vis des agents. Depuis septembre 2017, une nouvelle série de formations des professionnels de santé a démarré. Enfin, un protocole de crise pour les interventions des professionnels, définissant le rôle de chacun en cas d’attentat, a été défini. La mise en place de consultations supplémentaires en psycho-traumatisme est, quant à elle, prévue dès la fin de l’année.

L’ensemble des formations sont désormais intégrées à la stratégie de résilience de Paris qui fixe comme objectif, à l’horizon 2030, que 90 % des Parisiens soient formés aux gestes qui sauvent et aux comportements à adopter face aux risques.

Renseignements auprès de votre correspondant formation pour les formations internes.

EN SAVOIR PLUS

En 2016, près de 10 000 Parisiens et 4 000 agents de la Mairie de Paris ont été formés. Cette année, 20 000 Parisiens et 5 000 agents supplémentaires le seront.

ZOOM

Prévention du traumatisme

Créée dans le cadre du plan, l’Unité mobile d’intervention psychologique (UMIP), coordonnée par la responsable de la Mission Santé mentale à Paris (DASES), est composée de psychologues et de médecins de la Ville. Elle intervient en urgence auprès de publics reçus dans des établissements municipaux et affectés par un événement traumatique grave (mort, mise en cause de la vie d’autrui, agression criminelle, crise majeure…). Elle apporte un premier soutien d’urgence aux personnes directement touchées, en choc émotionnel, et leur proposent une orientation pour un suivi ou une prise en charge par des services compétents. Les cinquante professionnels de la santé venant de la DASES, de la direction des Familles et de la Petite Enfance, du Centre d’action sociale de la Ville de Paris et de la DRH qui ont déjà rejoint l’UMIP ont reçu une première formation de cinq jours aux psycho-traumatismes. Différentes formations et conférences leur sont proposées au fur et à mesure et ils se rencontrent régulièrement lors de journées « retour d’expérience » pour peaufiner leurs interventions. D’autres formations sont prévues pour les professionnels qui souhaiteraient rejoindre l’unité.