Reportage

Au cœur
des Buttes-Chaumont

Le parc des Buttes-Chaumont (19e) fête cette année ses 150 ans. Pour permettre aux Parisiens et aux touristes de profiter pleinement de ce site remarquable, l’atelier de jardinage du parc assure quotidiennement un travail méconnu mais indispensable.

Il est 7 heures. Le plus grand parc parisien géré par la direction des Espaces verts et de l’Environnement ouvre ses portes pour accueillir les premiers joggeurs et promeneurs matinaux. C’est l’atelier de jardinage, composé de 35 agents, qui se charge d’ouvrir les quinze entrées. La sécurité est essentielle dans ce parc très prisé. Un petit tour sur les différentes aires de jeux permet de s’assurer que leur utilisation est possible. Aujourd’hui, un tournage est prévu pour lequel il va falloir mettre à disposition du matériel, comme l’accès à l’électricité et des chaises, mais aussi rappeler les consignes. L’équipe est rodée pour accueillir les nombreuses manifestations organisées dans ce cadre majestueux.

Respect de l’environnement

Labellisé « éco-jardin », le parc bénéficie d’une gestion horticole dans le respect de l’environnement. Outre le travail classique des jardiniers, comme la tonte, la taille ou les plantations, les spécificités du parc (pentes, île, lac, cascades, rivières…) amènent les agents à réaliser certaines tâches moins habituelles, nécessitant parfois des habilitations. Ainsi, comme l’île est devenue un refuge pour la faune et un réservoir de biodiversité, que les risques de chute de pierres sont importants, une organisation spécifique pour les travaux est nécessaire. Idem du côté de la cascade.

Les spécificités du parc amènent les agents à réaliser des tâches moins habituelles.

Et un tracteur de montagne s’impose pour tondre les grandes pelouses pentues. Quant à la propreté, les agents de l’atelier assurent le ramassage des déchets abandonnés çà et là et la collecte des sacs. Un exercice peu aisé en raison de la topographie du parc et des ouvertures nocturnes générant un volume de déchets plus important.

ZOOM

« Retrouver l’esprit initial »

« Depuis ces dernières années, le parc fait l’objet d’importants travaux de rénovation pour retrouver son esprit initial à partir des archives. Nous avons ainsi recréé une dizaine de massifs arbustifs et arborés qui n’existaient plus, ce qui a nécessité la plantation de plus de 1 000 arbustes et plusieurs dizaines de milliers de plantes couvre-sol telles que du lierre.
À cette occasion, un travail a été mené pour rénover les perspectives qui avaient disparu et qui permettent au public de se repérer plus facilement dans le parc. Les nouveaux massifs ont aussi un impact fort par rapport à la faune en offrant davantage de refuges. Pour que les prairies redeviennent plus florales et soient plus intéressantes pour le public et pour les insectes, nous avons procédé à des semis.
Quant aux arbres, nous avons défini avec la paysagiste le choix des essences des nouvelles plantations. La rénovation des allées est spectaculaire et nous facilite l’entretien. Après avoir été débarrassées du bitume et des trottoirs, elles sont maintenant recouvertes d’un revêtement clair comme la couleur d’origine, donnant l’aspect d’un chemin et non plus d’une voirie urbaine.
De leur côté, tous les garde-corps de ciment imitation bois et les faux rochers ont été restaurés. Des cantonniers de l’équipe sont formés pour intervenir sur ceux qui s’abîmeront. Le réseau hydraulique en eau non potable a aussi été revu. Il alimente la cascade et à nouveau les trois rivières que nous devons donc entretenir et permet désormais aux jardiniers de programmer l’arrosage. Grâce à ce système automatisé, 1 million de mètres cubes d’eau par an est économisé.
À la fin de l’année, un kiosque à musique classique va être réinstallé dans le cadre du budget participatif. Sans oublier la signalétique qui a été entièrement refaite. »

Claude Rouanet, cheffe de l’atelier de jardinage.