L'actu de la ville

Aurélie Robineau-Israël,
secrétaire générale
de la Ville de Paris

« L’administration doit continuer de s’adapter et d’innover »

Aurélie Robineau-Israël vient d’être nommée secrétaire générale de la Ville de Paris. Innovation, qualité du service public, management… Elle explique l’action qu’elle va conduire pendant les deux ans et demi qu’il reste jusqu’aux prochaines élections municipales.

Quelles seront vos priorités ?

Aurélie Robineau-Israël : Notre priorité doit être d’achever la mise en œuvre du programme de mandature sur lequel l’équipe municipale a été élue. Beaucoup a été fait depuis 2014 sous la conduite de Philippe Chotard, dont je tiens à saluer l’action à la tête de la collectivité parisienne. Mais il reste aussi beaucoup à faire. Il nous faut donc poursuivre et parfois accélérer, notamment l’aménagement du Réseau Express Vélo.

Nous devons par ailleurs mettre en œuvre la réforme du statut de Paris, avec l’accueil des agents de la préfecture de police le 1er janvier 2018, la fusion de la Ville et du Département en janvier 2019 et la mairie unique pour les quatre premiers arrondissements en mars 2020. Tous ces projets vont beaucoup mobiliser les directions dans les mois qui viennent.

La fonction publique a besoin de managers qui donnent du sens.

Enfin, nous devons renforcer notre action pour améliorer la propreté des rues parisiennes, alors que nous sommes confrontés à la hausse des incivilités, notamment les dépôts sauvages d’encombrants, et au développement de nouvelles formes d’occupations, telles les ventes à la sauvette et l’installation de campements de migrants. Nous avons réorganisé le Secrétariat général il y a quatre mois en créant un pôle « Gestion de l’espace public et participation citoyenne », qui doit nous permettre d’être plus efficaces dans ce domaine, en renforçant la coordination entre la DPE, la DEVE et la DPSP.
Quant aux Jeux de 2024, ils seront un levier d’accélération de toutes nos politiques publiques.

Où en est-on de la modernisation de l’administration parisienne ?

A. R.-I. : Au cours de la première partie de mandature, de nombreuses réorganisations de service ont été conduites : déploiement des CASPE, évolution des services sociaux parisiens, création des brigades de lutte contre les incivilités, assistance informatique de proximité… Nous avons toujours veillé à associer les agents à la mise en œuvre de ces réformes et à dialoguer avec les organisations syndicales. À chaque fois, l’objectif a été d’améliorer l’efficacité et la qualité du service rendu, qu’il soit tourné vers les Parisiens ou vers les agents.

Si l’essentiel des réorganisations de service ont été menées à bien, l’administration doit continuer de s’adapter et d’innover pour mieux répondre aux attentes des usagers mais aussi aux aspirations des agents. Avec Mon Compte, nous franchissons une étape nouvelle dans le développement de l’offre de services numériques. Le Compte Agent sera lancé en 2018 en même temps que le nouvel IntraParis. Nous devons aussi faire davantage pour renforcer l’accès aux droits en allant chercher les publics qui ne viennent pas jusqu’à nous. Les démarches comme « Ma Mairie Mobile » ou la PMI hors les murs qui va à la rencontre des femmes et des familles à la rue doivent se développer dans tous les secteurs. Quant à la qualité de l’accueil des usagers dans nos services et dans nos équipements, elle est essentielle, de même que la qualité des échanges qui se nouent chaque jour entre les agents et les Parisiens. Nous devons déployer partout une culture de service qui est la valeur du service public.

Comment vont se poursuivre les nouvelles manières de produire l’action publique ?

A. R.-I. : Parce que nous devons relever des défis majeurs et nouveaux, que ce soit l’adaptation de la ville au changement climatique, le nécessaire renouveau démocratique ou les contraintes budgétaires, il nous faut partir des besoins et des usages des Parisiens en ouvrant notre administration à la participation citoyenne. Nous l’avons fait avec le budget participatif et la plateforme d’idéation « Madame la Maire, j’ai une idée » et nous allons poursuivre dans cette voie. L’ouverture au sein de la nouvelle halle civique d’un espace dédié à l’expertise d’usages permettra par exemple de tester des parcours numériques. Nous devons aussi davantage nous appuyer sur l’expertise métier des agents. Ils sont les meilleurs connaisseurs des sujets qui les concernent et ont des idées innovantes pour améliorer nos modes de fonctionnement interne.

C’est pour cela que les programmes Start-up de Ville et Inventeurs de Ville seront renouvelés régulièrement. La prochaine étape sera l’ouverture de notre propre laboratoire d’innovation interne pour lequel un benchmark a été réalisé en plus de la réflexion des directeurs et des 20 agents membres de La Transfo. Il sera notamment chargé de diffuser au sein des directions ces nouvelles méthodes de travail. Par ailleurs, pour porter au plus haut niveau l’innovation, j’ai souhaité regrouper au sein d’une même équipe, qui m’est directement rattachée, la mission « Ville intelligente et durable », l’innovation interne et la démarche data (utilisation des données publiques).

Et vos priorités en matière de RH ?

A. R.-I. : Pour mieux protéger la santé au travail de nos agents, un plan de prévention de l’inaptitude doté de 15 M€ sur 2018-2020 vient d’être lancé. Les mesures pour faciliter la reconversion des agents qui souhaitent s’engager dans une deuxième carrière vont par ailleurs monter en puissance. Nous devons aussi faire mieux en matière d’égalité Femmes/Hommes. Une campagne de sensibilisation sur le harcèlement sexuel est actuellement déployée dans les services : sur ce sujet, nous appliquerons un principe de tolérance zéro.

Enfin, je souhaite faire de la politique managériale une priorité. La fonction publique a besoin de managers qui soient à l’écoute, donnent du sens, organisent le travail collectif, mobilisent les équipes, portent les transformations. C’est vrai dans toutes les directions de la Ville, dans tous les métiers, à tous les niveaux de la ligne hiérarchique. Pour cela, nous devons donner aux encadrants un temps d’avance en termes d’information, déployer dans les services une communication managériale, mieux former, accompagner et développer nos encadrants. Le management est dans la fonction publique comme ailleurs un levier essentiel de motivation des équipes et d’efficacité des services.

ZOOM

Réorganisation

Le Secrétariat général s’est réorganisé pour donner davantage de visibilité sur son action et sur le pilotage des directions.
Aurélie Robineau-Israël, secrétaire générale : DFA, DRH, DAJ, DICOM.
Damien Botteghi, secrétaire général adjoint, Aménagement, déplacements, logement, attractivité et Grand Paris : DU, DLH, DCPA, DAE, DVD, APUR.
Laurence Girard, secrétaire générale adjointe, Gestion de l’espace public et participation citoyenne : DEVE, DPE, DPSP, Eau de Paris.
Virginie Darpheuille, secrétaire générale adjointe, Services aux Parisiens : DASCO, DFPE, DAC, DJS, DDCT, DASES, CASVP, Paris Musées.
Patrick Branco-Ruivo, directeur du pilotage, contrôle interne et modernisation de l’administration : DILT, DSTI.

Voir l’organigramme détaillé sur IntraParis.sg

De nouveaux élus

La nouvelle équipe municipale se compose de 27 adjoints à la maire de Paris. Deux d’entre eux s’intéressent plus particulièrement au personnel et aux méthodes de travail.

Christophe GirardAdjoint à la maire chargé des Ressources humaines, du Dialogue social et de la Qualité des services publics.

Adjoint à la Culture auprès de Bertrand Delanoë entre 2001 et 2012, mandat au cours duquel il a notamment créé la Nuit Blanche, il est ensuite devenu maire du 4e arrondissement en juillet 2012, le mandat de la vie quotidienne par excellence, grâce auquel il a pu travailler avec l’ensemble des directions qui œuvrent au plus près des Parisiens.

Il exerce parallèlement, la fonction de président du CENTQUATRE, grand établissement culturel populaire situé dans le 19e arrondissement, et par ailleurs a longtemps conjugué ses mandats avec une activité professionnelle privée, à temps partiel, au sein de grandes entreprises.

Christophe Girard, adjoint à la maire chargé des Ressources humaines, du Dialogue social et de la Qualité des services publics. (©Sophie Robichon)
Christophe Girard, adjoint à la maire chargé des Ressources humaines, du Dialogue social et de la Qualité des services publics. (©Sophie Robichon)

Il aborde ses nouvelles fonctions fort d’une approche très concrète du travail des agents qu’il rencontrera régulièrement sur le terrain pour échanger avec eux, comprendre la réalité de leur quotidien et celle de leurs métiers. Attentif aux conditions de travail, il mettra ainsi l’accent sur le bien-être des agents, leur épanouissement professionnel et la valorisation de leurs compétences par la collectivité dont dépendent l’efficacité et l’excellence du service public. Il sera par conséquent vigilant face aux situations de souffrance. Pour les accompagner dans leurs missions, les agents devront trouver auprès de la direction des Ressources humaines, avec laquelle Christophe Girard travaillera en grande proximité, une qualité d’écoute, d’accompagnement, de conseil et de formation.

Emmanuel GrégoireAdjoint à la maire chargé du Budget, du Financement et de la Transformation des politiques publiques.

Lui aussi connaît bien la Ville, ses agents et son fonctionnement, pour y être entré en 2008, d’abord au cabinet de Jean-Louis Missika avant de rejoindre celui de Bertrand Delanoë. Il était depuis le début de cette mandature adjoint chargé des Ressources humaines, des Services publics et de la Modernisation de l’administration. Il a ainsi mené un certain nombre de réformes dans le cadre de la modernisation de l’administration qu’il va poursuivre au titre de la transformation des politiques publiques.

Emmanuel Grégoire, adjoint à la maire chargé du Budget, du Financement et de la Transformation des politiques publiques. (©Jean-Baptiste Gurliat)
Emmanuel Grégoire, adjoint à la maire chargé du Budget, du Financement et de la Transformation des politiques publiques. (©Jean-Baptiste Gurliat)

Ce sera notamment le cas de grands projets informatiques structurants, comme le Compte Agent qui verra le jour en 2018. Ce portail numérique a vocation à simplifier la vie des agents en leur donnant un accès unifié à leurs applications métier, à des informations RH, à des procédures simples et dématérialisées et de prestations sociales. Il va par ailleurs poursuivre les programmes faisant appel à l’intelligence collective des agents comme Start-up de Ville ou Inventeurs de Ville. Il pilote l’installation du laboratoire d’innovation interne issu de La Transfo qui a pour mission notamment le développement de méthodes de travail plus collaboratives.