Regards croisés

Les agents à l’honneur

Après une première campagne d’affichage dans la capitale en janvier 2016 mettant en lumière six métiers municipaux, une deuxième série de portraits a investi les panneaux en ce début d’année. Trois agents devenus les ambassadeurs de leur métier racontent en quoi ils sont fiers de l’exercer et de le représenter.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Hélène Clodot : Mes études d’ingénieur géomètre me destinaient plutôt à une profession libérale, mais je me suis vite orientée dans l’informatique, sur une spécialisation liée à la cartographie. En travaillant chez un éditeur de logiciels SIG (Systèmes d’information géographique), j’ai développé une double compétence d’informaticienne et de géomaticienne. Ce secteur a considérablement évolué, surtout ces dix dernières années avec la montée en puissance du matériel informatique. Au cours de mes différents emplois, j’ai notamment été consultante en géomatique pour des collectivités territoriales. C’est parce que je connaissais bien le milieu et qu’une offre d’emploi correspondait à mon profil que j’ai été tentée d’intégrer la Ville en 2009, d’abord en tant que chef de projet à la DSTI. Puis j’ai travaillé sur le projet d’organisation de la fonction géomatique à la Ville car la demande en termes de cartographie devenait très importante. Elle a vu le jour en janvier 2016.

Gia Phan Chang Dong : Alors que j’étais encore au lycée pour préparer un baccalauréat professionnel en plasturgie, je suis venu en renfort accompagner des amis d’enfance qui encadraient des groupes de scouts. J’y ai découvert l’animation et j’ai pu passer le Bafa me permettant d’encadrer des enfants. Je dessinais et sculptais déjà beaucoup. Après mon bac, j’ai travaillé comme coloriste en laboratoire dans des entreprises privées. Or au bout de trois ans, j’ai souhaité changer de voie et, en 2002, j’ai obtenu un poste de gardien d’école à la Ville de Paris. Cela m’a permis de reprendre des études en arts plastiques puis de me lancer réellement dans l’animation. J’ai d’abord exercé dans deux maternelles avant d’avoir l’opportunité de créer, en 2009, le centre de loisirs de l’école élémentaire des Hospitalières-Saint-Gervais. Aujourd’hui, j’ai réussi à trouver un équilibre entre mon métier d’animateur et mon activité d’artiste plasticien.

Olivier Faunant : J’ai une formation de cuisinier, et après plusieurs expériences dans la restauration en Martinique, je me suis occupé du nettoyage des avions à Roissy pendant une dizaine d’années. Puis l’envie de revenir à la cuisine m’a conduit à postuler en 2014 pour devenir ATEPE à la Ville. J’avais la polyvalence nécessaire, même si je ne connaissais pas le secteur de la petite enfance. Les normes à respecter en cuisine sont partout les mêmes et j’ai reçu une formation sur l’alimentation de l’enfant, bien que les menus soient établis à l’avance par des nutritionnistes. En venant travailler à la crèche Frédéric-Mistral, j’ai intégré un univers féminin. Premier homme de l’équipe, j’ai reçu un très bon accueil et j’ai réussi à trouver ma place. Au départ, je pensais ne pas être en contact avec les enfants, or je les vois dès le matin à leur arrivée, ce qui « booste » ma journée. Je passe aussi régulièrement dans les sections pour savoir si le repas et le goûter leur ont plu, ou pour jouer avec eux chaque fois que je le peux.

regards_croises_h-clodot
HÉLÈNE
CLODOT.
Géomaticienne à la direction des Systèmes et Technologies de l’information (DSTI).

En quoi consiste-t-il ?

Hélène Clodot : Géomatique vient de la contraction de géographie et d’informatique. J’ai piloté la mise en place de CapGEO, le portail cartographique de la Ville qui permet de créer des cartes interactives à partir des données de la Ville, de les partager et de les mettre à jour facilement. Cet outil collaboratif compte 3 000 utilisateurs de toutes les directions. À la tête d’une équipe du bureau de la géomatique notamment chargée de déployer des outils SIG transverses, j’exerce également une activité de conseil pour les directions. Je rencontre ainsi les services pour leur expliquer ce que nous pouvons leur proposer et je réponds à des demandes précises d’élaboration de cartes. Elles concernent par exemple les équipements de la Ville ou les espaces verts, le recensement des occupations de l’espace public… L’intérêt de ce métier est de venir en tant que support pour les autres directions avec des outils performants. Les échanges permettent de recueillir les besoins, les données et de créer ensemble des cartes qui leur sont utiles.

Gia Phan Chang Dong : J’anime différents moments de la journée des enfants : le déjeuner, le goûter et l’étude. Pour les ateliers des mardis et vendredis, j’ai mis en place un projet autour de la sculpture pour des groupes par tranches d’âge qui se succèdent chaque trimestre. Je travaille avec eux par étapes pour leur apprendre à modeler avant qu’ils ne réalisent leur propre sculpture. Par ailleurs, le centre de loisirs où je les accueille le mercredi après-midi et durant les vacances scolaires leur permet de se détendre un peu, car ils sont très sollicités à l’école et par les nombreuses activités qu’ils cumulent. Je leur propose alors de faire de la peinture, de la sculpture, des grands jeux où ils peuvent crier ou encore des projets sur plusieurs semaines. Tous ces moments passés avec les enfants créent forcément des liens et ils n’hésitent pas à venir me voir dès qu’ils ont un petit souci. J’ai aussi de très bons contacts avec leurs parents que je rencontre fréquemment.

Olivier Faunant : Je partage mon temps entre la cuisine et le nettoyage à partir d’un planning défini à l’avance avec mes collègues. La préparation des repas demande une organisation imparable car tous les plats sont confectionnés sur place et doivent être servis à la bonne température. Les produits sont livrés deux à trois fois par semaine en fonction des recettes à réaliser. Je sais d’avance les menus qui plaisent aux enfants et ceux qu’ils délaissent. Comme nous avons la liberté de les adapter, parfois il suffit d’ajouter ou d’enlever un ingrédient pour tout changer. Il y a une part de créativité dans l’élaboration des recettes qui contribue au plaisir de cuisiner. Et nous avons carte blanche pour le goûter, alors je me lâche ! Les semaines où je suis affecté au nettoyage consistent à m’occuper du linge, nettoyer les carreaux et les jouets, ainsi que les sections après chaque repas, à les ravitailler en divers produits comme les couches. Il y a toujours quelque chose à faire.

regards_croises_chang_dong
GIA PHAN CHANG DONG.
Animateur à l’école rue des Hospitalières-Saint-Gervais (4e), direction des Affaires scolaires (DASCO).

Que représente pour vous cette campagne ?

Hélène Clodot : Géomaticien-ne existe dans le répertoire des métiers de la Ville depuis seulement 2016. La campagne représente la continuité de tout le travail fait pour la reconnaissance de notre métier. Je n’étais d’ailleurs pas la seule du service à proposer ma candidature pour y participer. L’équipe est très investie dans cette volonté de faire connaître notre métier aux Parisiens et surtout à nos collègues en interne. C’est aussi un moyen de leur dire qu’ils peuvent faire appel à nous.

Gia Phan Chang Dong : Je trouvais l’expérience séduisante, aussi bien la prise de vue que le fait d’être affiché dans tout Paris. Comme j’ai la chance d’avoir créé un vrai atelier dans l’école pour les activités avec les enfants, j’avais envie de le montrer sur l’affiche. Aussi, j’exerce ce métier depuis dix ans et je considère que la campagne est une façon de me remercier, et à travers moi tous les animateurs de la Ville, pour notre travail. Nous représentons une chaîne et il est important que tous les maillons soient présents pour que le service fonctionne.

Olivier Faunant : Le métier d’ATEPE n’est pas connu et je suis fier de l’incarner. C’est une reconnaissance pour moi et pour l’ensemble de mes collègues qui l’exercent. Beaucoup de personnes ne savent pas que nous cuisinons tous les repas des enfants au sein des établissements. Cette photo qui représente l’univers de la cuisine va permettre de faire passer un message. Je n’imaginais pas vivre une telle expérience en entrant à la Ville et je suis devenu en un petit laps de temps la star de la crèche ! J’attends que les parents découvrent les affiches dans Paris pour avoir leurs réactions.

regards_croises_o-faunant
OLIVIER
FAUNANT.
Agent technique de la petite enfance (ATEPE) à la crèche Frédéric-Mistral (15e), direction des Familles et de la Petite Enfance (DFPE).

 

Voir les trois autres témoignages en vidéo :


Paris leur dit merci : Juliana, inspectrice de… par mairiedeparis


Paris leur dit Merci : Christophe, égoutier à… par mairiedeparis


Paris leur dit merci : Chrislaine, assistante… par mairiedeparis