L'invité(e)

« Redonner vie à des lieux
atypiques »

Stéphane Vatinel, directeur de Sinny & Ooko, est à l’origine de la REcyclerie, située porte de Clignancourt (18e). Un tiers-lieu d’expérimentation dédié à l’éco-responsabilité où les visiteurs ne viennent pas que pour consommer, mais aussi pour se rencontrer, échanger des services et apprendre. Ce Parisien d’adoption, qui n’en est pas à son premier coup d’essai pour créer des lieux à l’identité forte, foisonne de projets.

Venu de Bourgogne à seulement 17 ans pour suivre ses études à Paris, Stéphane Vatinel démarre sa carrière à la télévision. Mais il quitte vite cet univers de professionnels du spectacle et part traverser les États-Unis pendant un an. À son retour, il monte Glaz’art en 1992 avec un copain, puis il reprend le Divan du monde en 2003 avec 26 actionnaires issus de Glaz’art. Le pari est gagné, et cinq ans plus tard, la salle est revendue dix fois la mise.

Les lieux qui proposent
uniquement des spectacles
ne suffisent plus.

Le repreneur lui propose alors de participer au montage du Comptoir Général autour des cultures africaines pour créer un lieu de programmation musicale, culinaire et de débats de société. À la demande du Moulin Rouge, il fonde aussi La Machine du Moulin Rouge pour rendre vie à l’ancienne Locomotive, orientée sur la musique électro. Entre-temps, il rédige le dossier de la REcyclerie, sa plus grande réussite. Pas besoin de consommer pour pousser la porte de cet endroit ouvert à tous, qui a permis de créer 60 emplois.

La REcyclerie

« La SNCF souhaitait vendre l’ancienne gare Ornano et la mairie du 18e nous a contactés pour en faire un lieu culturel qui prenne en compte les enjeux de mixité sociale, d’écologie urbaine et de convivialité. La REcyclerie est un vrai retour aux sources avec, au-delà de la restauration, la mise en place d’une agriculture urbaine, l’introduction d’animaux avec une basse-cour, le compost grâce à l’implication de chacun dans le processus de réintroduction des déchets.

Trois aspects forts caractérisent ce tiers-lieu. D’une part, la volonté de permettre aux gens de poser un œil sur un potager qui mêle la culture de légumes, un jardin aromatique, un bassin d’aquaponie… Il est visible de la rue et ceux qui le souhaitent peuvent entrer pour le visiter. Une ingénieure agronome et un jardinier organisent chaque mardi des visites gratuites. D’autre part, la pédagogie, à travers des ateliers qui séduisent les familles, les scolaires, les retraités, les comités d’entreprise… Enfin, le lieu est en corrélation avec le programme 100 hectares végétalisés à Paris, pour montrer que l’agriculture urbaine y a sa place et qu’il peut y avoir un écosystème favorable. Dès cette année, nous allons tenter de produire de manière significative pour vendre via La Ruche qui dit oui.

Par ailleurs, notre programme L’Association des Amis REcycleurs compte 391 adhérents. Pour 25 € par an, chacun peut emprunter à l’atelier de REné du matériel comme une machine à barbe à papa, faire réparer ou réparer lui-même son petit électroménager, participer à un atelier pour apprendre à se servir d’une perceuse… Ces ateliers favorisent les échanges entre des personnes d’horizons différents. »

Ouvrir une école

« Avec mon équipe de Sinny & Ooko, nous créons des lieux culturels qui n’offrent pas une programmation classique et dans lesquels on échange des valeurs. Les lieux qui proposent uniquement des spectacles ne suffisent plus. Nous sommes des « tendanceurs », très à l’écoute, pas seulement de nos envies mais de celles des gens qui viennent dans nos établissements.

Pour partager le succès de la REcyclerie qui accueille 270 000 personnes à l’année, nous allons fonder l’École des Tiers-Lieux qui ouvrira dans la Cité fertile de Pantin. La formation professionnalisante de six mois accueillera dès septembre des étudiants en médiation de projets culturels afin qu’ils acquièrent une grande polyvalence nécessaire à la gestion quotidienne d’un tiers-lieu. Un module de formation d’une semaine sera destiné à des personnes travaillant notamment dans des collectivités territoriales. »

Participer à des appels à projets

« Nous participons à de nombreux appels à projets lancés par la Mairie de Paris. Pour le Pavillon des Canaux, quai de la Loire (19e), ouvert en mars 2015, nous avons souhaité en faire un lieu 2.0 qui réponde à des codes féminins. Nous avons conçu un lieu très cosy pour blogueuses, permettant de boire, de manger et d’animer des soirées thématiques. Nous répondons avec beaucoup d’attention dès que nous sommes sollicités pour participer à un projet dans le cadre de Réinventer Paris, Réinventer la Seine, les Pariculteurs… Grâce à cette nouvelle façon de concevoir, des gens qui ne se connaissaient pas réfléchissent ensemble. Ces projets permettent d’être un acteur de la ville de demain. »

La REcyclerie
83, boulevard Ornano (18e)

Mes adresses

La Fondation Louis-Vuitton (16e). Je l’ai visitée récemment en famille et j’en ai pris plein la vue : l’architecture impressionnante du bâtiment, l’intervention sublime de Buren, la collection incroyable de Chtchoukine et un accueil de qualité. Sans parler de la vue sur le bois de Boulogne et La Défense. J’ai trouvé ça grandiose.
Le restaurant Clamato (11e), 80, rue de Charonne, spécialisé dans le poisson. La nourriture est servie de façon simple, mais elle donne une idée de ce que peut être une cuisine raffinée, tout en étant à des prix abordables. Quelle merveille !
L’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e), pour le programme des Grands Voisins développé par l’association Aurore. C’est un lieu divers et solidaire en attendant de devenir un écoquartier. Cette initiative montre que les mentalités ont évolué quant à l’usage éphémère des bâtiments.